la qualité - Raphaël Savarit

Un mot d'ordre: la qualité

En amont

Un maître mot guide mon travail : la qualité. En paysage comme en architecture, mes photographies sont le fruit d’une intense préparation, observation et travail de terrain, et je ne photographie que si je sais la lumière optimale et les meilleures conditions réunies pour produire une image esthétique et unique rendant justice à la beauté du lieu.

En action

De nombreuses techniques de prises de vue me permettent de ne faire aucune impasse sur la qualité et la netteté de l’image finale : bracketing de l’exposition, focus stacking, netteté maximale avec emploi du trépied systématique + levée du miroir & télécommande sans fil & obturation électronique au premier rideau, blocage des flares lumineux, bracketing avec et sans filtre polarisant pour chaque zone de l’image, median stacking pour la réduction optimale du bruit, assemblage de pauses longues pour éliminer les touristes… La patience est de mise !

Le matériel

Dans mon optique de créer des images de qualité, je suis intransigeant sur le matériel que j’emmène avec moi. Je transporte systématiquement deux boîtiers en cas de défaillance technique. Le Nikon D810 (36 mégapixels sans filtre passe-bas) permet d’envisager des tirages très grand format.Je transporte aussi systématiquement deux trépieds et rotules solides et stables, quitte à porter des kilos en plus sur des jours de marche, mais la seule chose qui compte, c’est la netteté de l’image finale, pas mon confort personnel. Pour des pauses longues de plusieurs minutes sous les rafales de vent, comme pour des photos de voie lactée à la netteté optimale, je ne fais pas confiance à ces trépieds de voyage légers qui se déplient en quatre à cinq sections.

Le traitement d’image

S’ensuit alors un méticuleux et minutieux travail de traitement de mes photographies en retouche avec un écran calibré afin d’assurer toujours la plus grande qualité d’image en fin de processus. Pas question de bâcler le travail ici, je ne m’arrête jamais tant que le résultat n’est pas propre à mes yeux et tant qu’il ne correspond pas à l’image que j’ai gardé de la scène dans ma tête.

J’utilise des techniques avancées de traitement d’image sur Photoshop afin par exemple de maîtriser la lumière parfois très dure qui ne rentre pas dans la page dynamique du capteur. En effet, même les meilleurs capteurs numériques sont un outil limité par rapport à l’œil humain, et l’enregistrement raw donne une image neutre, à la plage dynamique réduite, qui ne transmet pas l’atmosphère ni l’émotion vécue et perçue par les yeux sur le terrain.                  Le traitement des images est à mon sens indispensable pour parvenir à une image aboutie, c’est là que la sensibilité artistique s’exprime pleinement, et maîtriser la retouche fait un photographe plus complet, capable de tirer partie de n’importe quelle situation.

Le résultat

Si ce perfectionnisme qui anime ma démarche ne me permet pas de produire des images à la chaîne, mais mon objectif est bien de créer des images uniques et qualitatives, que je puisse difficilement reproduire à l’identique.

Je m’attache ainsi à ce que mes photographies puissent satisfaire toutes les exigences d’un tirage d’Art de haute qualité, permettant des impressions très grand format, notamment pour les photos prises au Nikon D810 . J’adapte également les couleurs aux profils icc des papiers d’Art avant l’impression.

Powered by SmugMug Log In