Paysages - Raphaël Savarit
Powered by SmugMug Log In

Epic Night

Bivouac au sommet du mont Pelat 3051m
Sortir de sa zone de confort, c’est le meilleur moyen de se créer des souvenirs marquants et vivre plus intensément, à 100%. Par exemple, ici dormir à la belle étoile au sommet très étroit du Pelat (3051m), sous la voie lactée, contemplant les éclairs foudroyant les sommets lointains à l’horizon, est une expérience vibrante, grandiose, épique !
Mais se réveiller à 4h du matin sur ce même sommet au cœur d’un orage inattendu sorti de nulle part, assailli par la grêle dans une symphonie de flashs éblouissants et d’explosions assourdissantes, c’est effrayant ! Puissant, épique mais absolument effrayant! En position fœtale sur son matelas, le cœur tambourinant, essoufflé, les muscles contractés, on est d’abord tétanisé, puis on reste bien allongé dans son duvet, les jambes serrées sur son tapis isolant et matelas gonflable, on éteint son téléphone, et on serre les dents en attendant 30mn que ça passe.
Que faire ? Augmenter le risque d’attirer la foudre en se levant et repliant toutes ses affaires sous la pluie, ou en dévalant à toute vitesse les pentes raides et mouillées du sommet de nuit ? S’il n’y a aucune chance de réchapper à un impact de foudre direct, chose extrêmement rare, les accidents et électrocutions sont liés aux courants de surface se propageant dans le sol à proximité d’un impact, et aux arcs électriques traversant un individu.

En résumé, le meilleur moyen de se protéger lorsqu’on subit un orage en montagne est de suivre les principes suivants (qui ont tous une raison) :
• S’isoler du sol (surtout un sol mouillé) sur une grande pierre plate ou un tapis de sol idéalement,
• Position accroupie en boule les pieds joints afin d’éviter que le courant électrique se propageant dans le sol ne passe par une jambe et repartent par l’autre en endommageant les organes vitaux,
• Se mettre dans la zone la plus plate et basse possible (dépression loin des pointes rocheuses, des grands arbres, des sommets)
• S’éloigner des points d’eau et zones marécageuses, et éviter les entrées de grotte !
• Eloigner les bâtons et tout ce qui est métallique (piquets de tente, trépied, etc) à plat le plus loin possible,
• Eteindre son téléphone et appareils GPS
• Ne pas courir !
• On ne craint rien dans une voiture (cage de faraday) ni dans une cabane métallique dont la structure est reliée au sol.

Bien sûr, le meilleur moyen d’être à l’abri reste de ne pas faire d’ascension en cas de risque d’orage, de bien regarder la météo et surveiller le ciel, mais les orages contiennent une part d’imprévisibilité certaine et même les guides les plus expérimentés ont pu se faires surprendre et ont des histoires d’orage à raconter. Dans notre cas des orages de chaleur étaient annoncés pour l’après-midi seulement avant une nuit dégagée, il est donc indispensable d’être sûr à 100% de la météo pour de tels bivouacs.

Enfin, un phénomène aussi rare, étrange, fascinant qu’effrayant nous a surpris pendant cet orage au sommet : les pierres pointues juste à côté de nos têtes brillaient d’une lueur incandescente formant un cône violet scintillant dans l’air, et émettaient un grésillement métallique (comme les lignes à haute tension) quelques secondes avant chaque décharge de foudre ! Nous l’ignorions, il s’agissait de feux de Saint-Elme, manifestation annonçant un impact de foudre imminent, lorsque le champ électrique entre le nuage et le sol est maximum à un endroit donné (plus de 30000 volts par cm !!!) entraînant une ionisation de l’air sur de courtes distances, les électrons se frayant un chemin pour réduire cette différence de potentiel. Ces feux de Saint-Elme sont à ne surtout pas toucher et le signe qu’il faut s’éloigner à tout pris de l’endroit. Savoir que nous avions cela à quelques cm de nos têtes c’est se sentir immensément chanceux et rescapé, c’est ne jamais s’être senti aussi vivant que pendant ces 30mn, et vouloir à nouveau vibrer et croquer la vie à pleine dent, mais on ne nous y reprendra plus à dormir sur un tel sommet à moins d’être sûr à 100% des conditions météorologiques anticycloniques.

Voici une petite photo qui n'était pas dans mes objectifs ce jour là, mais qui marque un souvenir mémorable!

alloslac d'allosEpicNightmont pelatéclairalpesaventureadventurecomèteparc nationalalpes maritimesPACAmercantourcôte d'azurlightningoragefoudrestormcloudsmilky waystarsétoiles filantesshooter starsprovencealpspicFranceRaphaël Savaritalpinismalpinismealtitudeamazingawesomebeautifulbelvédèrebivouacbreathtakingclimbcolorscoloursdawneuropeexplorationfrenchhighhikinglandscapelightmagnifiquemontagnemontagnesmountainnational parcnaturenaturezanikon D810outdorspaesaggiopaisajepaysagephotographyrandonnéescenerysea of cloudsommetsouth of francestuningsummitsunsunsettravelviewwonderfulfine artlandscape photographyfine art photographyfrench photographerart